Diese Seite gehört nicht zum Angebot von Babbel und ist kein Teil von www.babbel.com. Bitte beachte das Impressum und die Datenschutzerklärung.

Forum

Italiano

ECCO IL NUOVO GIORNALE


Beiträge
gilles
20.10.2019, 22:00
Mai
1)Bonjour à tous et bon Samedi! Le soleil brille et il n'y a  pas  de  nuages dans le ciel  .
Oui Gina je suis d'accord avec toi ,X nous  pouvons nous  dire heureuses en considérant que nous avons un peu de santé.

Quelle est la clé de la sérénité ?A mon avis  savoir apprécier la vie en acceptant X ce qui nous arrive. Je sais que CE n'est pas facile.
Bravissima
gilles
20.10.2019, 22:05
1) Una buona serata a tutti. Vi penso spesso. Sto perdendo tutto il mio italiano non praticandolo.
Regina, anche a me perdoni ?
Un pensiero a tutti voi, proverò di salutarvi più spesso.
Buonanotte
GinaR
21.10.2019, 04:16
Buongiorno amici
Finalmente è inziata questa settimana. Volete sapere perché lo dico? Giovedì andremo in vacanza. Jippi:smile:!!!!!
Non vedo l'ora. Stasera comincio a fare la valigia per non dimenticare niente.

Gilles, ovviamente ti perdono.
Buona giornata a voi
Dominique
21.10.2019, 10:45
1)Buongiorno a tutti.... Una bellissima settimana è passata, un'altra sta iniziando..... Prima di tutto, vorrei condividere con voi questo nuovo link di Julia, accomodatevi ed ascoltate: https://youtu.be/ZOWaxLC1kdc
Cosa ho fatto tutti questi ultimi giorni ? Indovinate  :facepalm: giardino, giardino, giardino....
Quando il meteo va, non c'è nessun tempo da perdere...l'inverno arriverà presto e devo occuparmi a preparare le cose.

Questo week-end, Thomas è venuto a trovarci, abbiamo passati dei momenti piacevoli assieme, ovviamente Typhaine ci mancava, ma abbiamo avuto una chiamata di lei, era in partenza del paese degli orsi bianchi, Adesso aspetteremo la sua prossima chiamata, il tempo è lungo per lei .... ed anche per noi.
Per fortuna, sarà l'ultimo viaggio per lei, ha ricevuto la sua nomina prossima a terra, e questa l'ha rallegrato tanto. Non vede l'ora di scendere del nave, non è facile per nessuno navigare cosi al largo, ma soprattutto per le donne, nonostante tutto, starà per lei, una bellissima esperienza di vita in equipaggio.... :smile:

Cara Regina, devo ringraziarti per tua ricetta, ci ha piaciuto tanto , ma, ne abbiamo mangiato per tutta la notte, ed la mattina presto avevamo la lingue e l'alito pesante  !! :blush:  Forse ho messo troppo aglio e peperoncini... :facepalm: :smile:

Gilles, ti faccio un piccolo saluto prima di tornare nel giardino....ben tornato fra noi. :wave:

Si, si, oggi il tempo è molto bello, abbiamo un cielo blu senza nuvole, fa 11.8 gradi tutto bene per il mio lavoro....Vi auguro una bellissima giornata, a presto... ciao, ciao.... :wave: :smile:
Dominique
21.10.2019, 10:48 (Überarbeitet 21.10.2019, 10:54)
2) Ma prima di partire, vi propongo il seguito della storia....buona lettura...

LE JOUR LE PLUS LONG 13

Vers 2h30, le général Reichert, de la 711ème division, fit savoir au quartier général de la XVème armée, faisant également partie du groupe B, que des parachutistes se posaient à Cabourg.

Le général Von Salmuth, commandant la XVème Armée, répondit en demandant des renseignements précis. « Que se passe-t-il donc au juste chez vous ? demanda-t-il. »
« Mon général, dit Reichert, écoutez vous-même…. »     Il y eut un silence, puis Von Salmuth entendit distinctement dans l’appareil le crépitement des mitrailleuses.
« Je vous remercie dit-il »    Il raccrocha et, à son tour, demanda aussitôt le groupe d’armée B.

Une étrange confusion régnait au quartier général de Rommel . Maintenant, les rapports s’y amoncelaient, et ils étaient souvent inexacts, incompréhensibles et contradictoires.

De Paris, le quartier général de la Luftwaffe annonçait que « de 50 à 60 avions bimoteurs « survolaient la presqu’ile du Cotentin et que les parachutistes avaient atterri « près de Caen ».
Le Marineguppenkommando  West de l’Amiral  Krancke confirmait un lâcher de parachutistes britanniques et ajoutait « les éléments parachutés consistent partiellement en mannequins de paille » quelques minutes après son premier message, la Luftwaffe signalait aussi des parachutistes près de Bayeux (ce qui était faux).

D’autres  rapports déclaraient que les troupes aéroportées n’étaient que « des mannequins habillés en parachutistes ».  Cette dernière constatation n’était pas entièrement inexacte.
Les Alliés avaient, en effet, lâché des centaines de mannequins de caoutchouc au Sud de la zone d’invasion. Ces faux soldats étaient munis de guirlandes de pétards qui éclataient successivement à
l’atterrissage, donnant exactement l’impression d’un feu d’armes portatives.

Dans le courant de la journée, quelques-uns d’entre eux devait influer sur le déroulement de la bataille d’OMAHA BEACH : ils firent croire au général  Marcks qu’il était attaqué sur ses arrières, de sorte qu’il envoya vers le Sud, pour éliminer cette menace imaginaire, des troupes qui auraient pu être engagées contre la tête de pont.

Au quartier général de Rommel, on s’efforçait avec frénésie d’évaluer l’importance des points rouges qui se multipliaient sur les cartes. Si c’était le débarquement, visait-il la Normandie ? Ou bien ne s’agissait-il que d’une simple manœuvre de diversion en marge des opérations principales ? A force de remâcher les données de la situation, les officiers allemands arrivèrent à des conclusions qui, à la lumière de ce qui se passait réellement, paraissaient incroyables…

Quand par exemple, le commandant Dootenbach, faisant fonction d’officier de renseignements de l’O.B. Ouest, QG de Rundstedt, demanda un rapport au groupe d’armées B. Il lui fut répondu que le chef de l’état-major envisageait les choses « avec sérénité, et qu’il n’était pas exclu que les parachutistes signalés ne fussent que des rescapés de bombardiers en perdition »

A 3h00 du matin, Pemsel, le chef d’état-major de la VIIème armée, téléphona au général Speidel pour lui faire savoir que la station de la marine à Cherbourg repérait au son des navires évoluant au large.
 « L’affaire est encore localisée, répondit Spiedel, et ne peut être pour le moment tenue pour une opération d’envergure »

Les premiers renforts avaient déjà rejoint les troupes de débarquement. Dans le secteur britannique, 69 planeurs avaient atterri, dont 49 sur le terrain prévu aux abords de RANVILLE.
Dans l’autre partie de la zone d’opérations de Normandie, à 6 kilomètres de Sainte-mère-l’église, les premiers trains de planeurs américains arrivaient, zigzaguant à travers un feu de D.C.A « si dense qu’on aurait pu atterrir dessus ».

Le général Don Pratt, commandant adjoint de la 101ème division, occupait le siège du copilote dans le planeur de tête. Il était dit-on, « joyeux comme un écolier » de ce voyage en planeur, le premier de sa vie. Derrière s’étirait une procession de 52 appareils identiques en formations de quatre dont chacune était remorquée par un Dakota. Ce train transportait des jeeps, des canons anti-chars,  une unité sanitaire complète, jusqu’à un petit bulldozer.  Le planeur de tête alla s’écraser dans un champ garni d’asperges de Rommel (gros pieux enfoncés dans le sol pour accueillir les planeurs. Tué sur le coup, le général Pratt fut la seule victime de cet atterrissage, et le premier officier général, dans l’un ou l’autre camp, à mourir le jour J.

L’aube allait poindre, cette aube en vue de laquelle 18000 parachutistes se battaient. En moins de cinq heures, ils avaient accompli, et au-delà, ce qu’attendaient d’eux le général Eisenhower et ses adjoints. Ils avaient jeté la confusion chez l’ennemi et désorganisé ses transmissions ; maintenant flanquant des deux côtés la zone de débarquement, ils bloquaient dans une large mesure les mouvements des renforts allemands.

Dans le secteur britannique, les troupes débarquées par planeurs s’étaient emparées hardiment, peu après minuit, des ponts qui enjambent l’Orne dans la région de Caen et s’y  étaient solidement installées. Les parachutistes occupaient les hauteurs dominant la ville. A l’aube, les cinq ponts sur la Dives seraient démolis. Les britanniques avaient donc atteint leurs principaux objectifs, et tant qu’ils pourraient tenir les artères vitales, ils seraient en mesure de ralentir ou d’arrêter complètement les contre-attaques allemandes.

A l’autre extrémité des plages de débarquement, les Américains, en dépit d’un terrain plus difficile et d’une plus grande diversité dans leurs missions, ne s’étaient pas moins bien acquittés de leur tâche. Les forces aéroportées avaient envahi le continent par le ciel, et préparé le terrain en attendant les troupes débarquées par mer, avec lesquelles elles pénètreraient jusqu’au cœur de l’Europe.

Cette aube, tout le monde l’attendait, mais personne plus anxieusement que les Allemands, car une note nouvelle, et peu rassurante, commençait  à  se  glisser  dans  le  flot  des  messages  adressés  aux quartiers généraux de Rommel et de Von Rundstedt.

Tout le long de la côte Normande, les stations d’observation de l’Amiral Krancke repéraient au son, non plus un ou deux navires, mais des dizaines ! Les rapports s’accumulaient. Finalement, un peu avant 5 heures, le général Pemsel,  tenace,  téléphona au général  Spiedel et lui dit sans ambages :

« Des navires se concentrent entre l’embouchure de la Vire et celle de l’Orne. Il faut en conclure qu’un débarquement ennemi et une attaque de grande envergure contre la Normandie sont imminents »
…./….
gilles
21.10.2019, 15:37
1) Buongiorno a tutti.
Vi auguro a tutti una buona settimana.
Qui ci sono acquazzoni, di nuovo. Probabilmente che non è finito perchè fa ancora  24 gradi.
La settimana scorsa una mini-tornada ha distrutto 60 case. Speriamo meglio per oggi.
Regina dove andate in vacanza, in Italia per caso ? :smile: .Sono sicuro che tu l'abbia già detto ma ero in un'altra constellazione ultimamente :smile:
A più tardi.
GinaR
21.10.2019, 18:36
Ciao amici

Gilles, ovviamente andremo in Italia, questa volta a Domaso, alla riva del Lago di Como. Sarà una vacanza bellissima,  lo so già adesso.
Incrocio le dita per voi e spero che gli acquazzoni passino senza causare dei grandi danni.

In realtà volevo fare la valigia nel corso del pomeriggio, ma sono venuti degli ospiti inaspettati per visitare mia madre. Due donne anziane, compagne di classe di mia madre. Non le ha viste da più di 40 anni.

Dunque vado sul divano, farò le valigie domani. Oggi non ho più voglia.
Buona serata
GinaR
22.10.2019, 04:35
Buongiorno a tutti
Oggi mi sono alzata alle 3.45, troppo presto, lo so. Adesso devo ciondolare prima di andare al lavoro. La panetteria in cui compro sempre il pane apre solo alle 5 e per questo ciondolo.
Da noi fa un bel tempo di autunno e la natura ci fa vedere tutti i suoi colori e questo mi piace molto. Dopo il lavoro farò le valigie, finalmente e spero che non mi disturbi nessuno.
Non parlo molto la mattina presto e per questo me ne vado dalla stanza deserta e aspetto i vostri messaggi nel corso della giornata.
Dominique
22.10.2019, 08:55 (Überarbeitet 22.10.2019, 10:42)
1) Buongiorno a tutti, oggi in Bretagna c'é il sole, fa sei gradi ed il vento non c'è! Ecco, stamani devo andare a comprare i grani per seminare l'erba, poi passerò il rotolo sul prato. Dopo questo lavoro prenderò un po' di tempo per me stesso. Passeggiata con Mimou al mare, musica con i cuffie, lettura ...

A volte, dopo un lavoro fastidioso, ho voglia di fare niente.... In questo momento, sono stanco morto, ogni mattino devo farmi violenza per alzarmi.... si sente l'arrivo dell'inverno !! Sono già a mezza letargo...:sad:

Cosa dirvi di più, non ho niente da raccontare oggi, dunque me ne vado subito... ciao a tutti, buona giornata ed alla prossima.... :wave: :smile:
tommy
22.10.2019, 09:22
ciao ciao, un petit salut à vous,, je n'ai pas le temps en ce moment!

Antworten

Um im Forum schreiben zu können benötigst du ein Benutzerprofil. Du kannst eins hier kostenlos anlegen und dann sofort loslegen.

Registrieren